...
STRUCTURE MUSÉALE DES THERMES GALLO – ROMAINS
BLIESBRUCK – REINHEIM (57) / 1993
Maîtrise d'Ouvrage Département de Moselle /

Programme couverture de protection des vestiges des thermes gallo – romains muséographie des vestiges pavillon d’accueil galerie de liaison /

Surfaces 1800 m2 couverts /

Associés G. Long architecte / J.P. Brazs, muséographe / Bruel Delmar paysagiste / SIRR BET tce /

Calendrier Lauréat du concours international d’aménagement du Parc en 1990, Etudes 1992, Travaux 1993 /

Montant travaux 1 800 000 € ht (y compris muséographie) /

Ce projet de structure muséale de couverture des Thermes constitue une première opération de mise au point des principes de protection des fouilles du Parc Archéologique Européen de Bliesbruck-Reinheim.

Cet édifice évite toute restitution ou pastiche hasardeux. Il ne prend pas appui dans l’emprise des vestiges.
Il signifie uniquement la frontalité de cet important édifice antique, bordant une place publique majeure de l’agglomération, par l’implantation marquée des portiques supportant cette vaste couverture de cuivre.
C’est une « machinerie muséographique » qui révèle le site, permet de lire les vestiges. La muséographie indique très simplement «comment regarder ». L’objectif est de fournir les moyens de déchiffrer les différentes significations des ruines et de comprendre les finalités et les méthodes de l’archéologie. Les supports muséographiques sont conçus pour aider le visiteur à interpréter ce qu’il voit et ce qu’il ressent en lui fournissant des informations qui stimulent l’observation.
L’idée est de faire circuler sur une série de passerelles les visiteurs à un niveau supérieur à celui de l’arasement général des vestiges rétablit approximativement le niveau d’origine, supprime l’ambiguïté d’une accessibilité des sous-sols et des hypocaustes, et donne une vision synthétique de la disposition des pièces, de leur fonctionnement.
Ce dispositif protège naturellement les vestiges.
La muséographie interne offre des éléments de partition spatiale suspendus, légers et mobiles (cloisons de bois persiennes), suggérant les espaces antiques tels que les hypothèses archéologiques les proposent aujourd’hui, mais que les travaux ultérieurs pourraient éventuellement contredire
/ Ungersheim-Bioscope
/ Eragny-les Calandres
/ Grasse-MIP
/ Meursault-Ancien hôpital
/ Bliesbruck-les Thermes
/ Paris 16-La Fontaine
/ Waldersbach-Musée Oberlin
> projets suivants
< projets précédents
/ Paris 7-Musée des Invalides
/ concours
Precedent Suivant Zoom
Precedent Suivant Dezoom